L'ANGLETERRE, COMME ON L'AIME

Publié le par Don Weshy

Premier volet de notre saga "le mal par le mal" consacrée à la violence dans le foot, l'histoire de deux clubs anglais dont les supporters se haïssent depuis la nuit des temps. Le tirage au sort de la League Cup a permis à ces supporters qu'on appelle "hooligans" de prouver au monde entier que non, ils n'ont pas disparu.


Q
ue serait le pays du prince Charles sans la bière, sans le thé, sans les bus rouges, sans les mini-jupes en hiver et sans le hooliganisme. Aaaah la baston, le plaisir de se foutre sur la gueule entre 2 bières.

Et on nous a fait croire, à nous pauvres Français qui écoutions Grégoire Margotton, que tout ce patrimoine british, était perdu à jamais. On nous a dit que désormais, les Anglais passaient le match sagement assis sur leurs sièges avec femmes et enfants à leurs cotés, comme à l'opéra quoi. Mais non!! réjouissez vous chers amis, vous les défenseurs d'un patrimoine méprisé. Tout n'est pas perdu, gardez espoir. La semaine dernière, la Fédé Anglaise (c'est à dire JP Escalette avec la moustache de Thiriez) a décidé de poursuivre en justice les clubs de Milwall et de West Ham pour...racisme, violence, et jets de projectiles. Tout un programme...
 


Les faits remontent au 25 août dernier lors de la rencontre de la coupe de Ligue (autrement plus passionnante que dans l'hexagone) opposant les clubs londoniens de West Ham et de Milwall. Des affrontements ont éclatés dans la rue 45mn avant le match faisant plusieurs blessés graves. Notamment un homme poignardé et un homme ayant reçu une flechette dans l'oeil. C'est ça de cloitrer les hooligans dans les pubs, ils s'entraînent au fléchettes et deviennent redoutables ensuite. West Ham s'impose 3-1 après prolongations, et pour célébrer chaque but, les supporters des Hammers ont envahis la pelouse, provoquant des bagarres avec les forces de l'ordre. De leur coté les supporters de Milwall réputés pour ne pas être des enfants de choeur se sont fait remarquer en immitant des cris de singes à l'encontre de Carlton Cole. La preuve s'il le fallait que le Hooliganisme n'a pas disparu en Angleterre mais a simplement migré vers des contrées plus "populaire". Bien loin du football business moderne.

Voici un petit résumé vidéo de la soirée offert par nos amis de la BBC. Et rappelez vous, l'Angleterre, tu l'aimes ou tu la quittes.

Commenter cet article